loader image

Confrontée à la dichotomie entre temps du projet urbain et rythme des habitants, l’agence SCOPIC cherche à mobiliser la concertation et la maîtrise d’usage pour une fabrique urbaine plus vertueuse, mais aussi pour une meilleure concordance des temps.

La fabrique de la ville fait se rencontrer de multiples temporalités. Le temps politique, celui du mandat municipal qui marque le début, l’accélération, le report ou l’annulation du projet d’aménagement. Le temps technique et administratif du projet urbain, qui accompagne son évolution sur le long cours, et dans lequel s’inscrit le temps opérationnel, celui du chantier et des aléas. Parallèlement, le temps des habitants, caractérisé par l’attente jusqu’à la livraison des aménagements, période pendant laquelle on a généralement le temps de changer trois fois de métier, de partir vivre à l’étranger ou de traverser une pandémie.

C’est dans ce décalage des temporalités, que réside la difficulté pour les habitants-usagers à s’imaginer et à se projeter suffisamment loin dans le temps, et dans un même espace, pour pouvoir suivre un projet urbain de A à Z. nous cherchons à répondre à un enjeu temporel clé : rapprocher le temps de la ville avec le temps de celles et ceux qui la vivent, en s’appuyant sur les démarches participatives.

En effet, selon une étude de 2018 menée par l’Observatoire des Territoires, 11% des Français changent de logement chaque année, contre 9% à l’échelle européenne. Une mobilité résidentielle qui – bien que contrastée selon les régions et les individus – témoigne de la difficulté pour les habitants à se projeter à long terme sur le même territoire, et à suivre ses projets. En tant qu’agence conseil constituée en SCOP, SCOPIC considère la concertation et la maîtrise d’usage (AMU) comme des ressources précieuses pour favoriser l’appropriation et la contribution continue des usagers à la fabrique de la ville.

Depuis 2015, l’agence a créé et renforcé son pôle « concertation & projets de territoire » avec une double ambition : co-construire les politiques publiques, notamment en lien avec les projets urbains (la concertation), et s’assurer que les enjeux stratégiques se déclinent réellement jusqu’aux lieux de vie (la maîtrise d’usage). À travers nos projets, nous cherchons à répondre à un enjeu temporel clé : rapprocher le temps de la ville avec le temps de celles et ceux qui la vivent, en s’appuyant sur les démarches participatives. Elles permettent d’aborder sous un autre angle les temporalités, en s’adaptant à celles des habitants, et en créant des jalons à plus court terme pour favoriser leur implication dans la fabrique urbaine.

La suite de l’article est à retrouver sur le site de la Revue Sur Mesure