Nouvelle année, nouveau métier : La brasserie « La Hulotte » par Nicolas Auvinet, co-fondateur de Scopic

11 janvier 2016

Il a créé Scopic il y a 11 ans, aux côtés de Gildas Maquaire et d’Adeline Bardet. Chef polyvalent du studio graphique, geek et apporteur de sourires, Nicolas Auvinet a quitté Scopic fin 2015 pour se lancer dans une nouvelle aventure et faire de sa passion son métier… Sous le nom « La Hulotte », il proposera bientôt aux amateurs de bière d’apprendre à fabriquer leur bière artisanale lors d’ateliers à Nantes…

Zoom sur ce ‘chouette’ projet en quelques questions !

Quand et comment t’est venue l’idée de te réorienter vers la micro-brasserie ?
Une fois, au stage d’été, Gwen (un Scopain) m’a parlé de son frère qui faisait de la bière dans sa cuisine… La compétition était lancée ! Avec un troisième ami, nous avons acheté le matériel nécessaire. Après avoir réalisé quelques brassins ensemble, j’ai poursuivi en solo. J’ai, en parallèle, cherché à me perfectionner sur la technique en achetant des livres et en surfant sur le net (au passage, « Brassage Amateur » est une mine d’infos !).
Je suis alors tombé dans le brassin… J’ai découvert le plaisir de créer une recette du grain à la bière et de la partager entre amis. Grâce au congé individuel de formation, j’ai eu l’opportunité de suivre une formation très complète au sein de l’Institut Français de la Brasserie et de la Malterie (Nancy).
Je développe aujourd’hui un lieu permettant à chacun de pouvoir venir brasser sa propre bière.

Pourquoi le nom « La Hulotte » ?
La Hulotte… Parce que le brassage, c’est chouette !
Tout simplement parce que j’aime bien cet animal.
Il est souvent associé à la découverte de l’inconnu, la magie de la vie et la sagesse… Tout comme le brassage 😉

Quelles sont tes ambitions pour « La Hulotte » ?
L’objectif de « La Hulotte », c’est de permettre à tous de pouvoir découvrir le monde brassicole. Pourquoi ne pas imaginer un bar collectif proposant les créations des brasseurs artisanaux de la région par exemple ?

Il en faut du courage pour se lancer dans une nouvelle aventure toute seule. Un conseil pour ceux qui hésitent à se réorienter ?
Comme le dit si bien le philosophe Adieu et à Demain : « Et puis au pire on meurt » … Plus sérieusement, je pourrai peut-être donner un conseil après avoir lancé réellement l’activité.