La vision SCOP par Adeline Bardet, co-fondatrice de Scopic

4 décembre 2015
Adeline Bardet

Constituée dès sa création en 2004 en Scop (Société coopérative et participative), SCOPIC porte bien son nom … Depuis plus de 10 ans, nous défendons la gouvernance démocratique d’un projet coopératif, le partage des richesses et la mutualisation des compétences. Adeline Bardet, co-fondatrice et co-gérante de l’agence, revient sur ce choix et sa vision des Scop – aujourd’hui et demain.

 

1. Travailler dans une Scop, qu’est-ce que cela implique au quotidien ?

Pour moi, cela implique simplement d’être curieux et conscient des enjeux de l’entreprise. C’est aussi savoir pour qui on travaille (le collectif dont on fait partie) et pourquoi on le fait. Pour ce qui est de ses tâches en tant que telles, il s’agit sans doute d’y apporter une attention particulière au regard de que je viens d’évoquer.

2. Comment vois-tu l’évolution des Scop ? Quel rôle ont-elles à jouer aujourd’hui et demain dans notre économie,  dans notre société ?

Nous sommes de plus en plus nombreux à rechercher du sens dans ce que nous faisons, et particulièrement dans notre travail qui occupe une grande partie de notre vie. Les Scop incarnent un modèle d’organisation économique (il y en a d’autres, bien-sûr) qui introduit la démocratie dans l’économie. Il permet aux salariés d’être acteurs de leur entreprise, de ne pas subir mais d’agir, de co-construire. Cependant, le statut ne fait pas tout.
Il pose un cadre qui permet un pilotage politique par les associés majoritairement salariés, une appropriation de l’outil de travail, une reconnaissance économique aux salariés de l’entreprise, mais il n’est pas le garant d’un pilotage opérationnel libéré.
À mon sens, un enjeu important de modernisation des Scop est la libération de son mode de management. Certaines Scop la pratiquent déjà, d’autres, comme SCOPIC, souhaitent s’engager encore plus concrètement dans cette voie… Si les Scop prennent ce virage, d’une part elles se redonneront un outil de performance majeur et d’autre part, elles seront en cohérence optimale avec leurs valeurs : les hommes et les femmes au cœur du projet.

3. Tes dernières et tes prochaines interventions sur le sujet ?

La semaine dernière, dans le cadre de la préparation des étudiants de l’École des mines aux enjeux sociétaux, je suis allée, aux côtés de Willy Patsouris, directeur de l’Union régionale des Scop de l’Ouest, témoigner des valeurs et du sens que portent les Scop dans cet avenir solidaire à co-construire : l’économie au service des humains.
La semaine prochaine, je participe à une journée « Temps fort » des Scop de l’Ouest où nous aborderons les sujets majeurs pour l’avenir des Scop… en pleine actualité !