Bienvenue à Capucine, consultante en maîtrise d’usage et habitat participatif !

17 juillet 2017

Depuis quelques semaines, l’équipe de SCOPIC a le plaisir de travailler avec un Docteur ! Avec une expérience de chercheur, d’enseignante, avec plus d’une dizaine d’associations culturelles à son actif et une pratique assidue des collectifs, Capucine, consultante en maîtrise d’usage et habitat participatif, nous raconte son parcours et ses missions chez SCOPIC.

 

Quel est ton parcours avant d’arriver à SCOPIC ?

Après Sciences Po Grenoble et un travail sur l’organisation politique et sociale de communautés alternatives, j’ai suivi un master en ingénierie pédagogique. J’ai poursuivi avec une thèse en sciences de l’éducation et j’ai travaillé deux ans comme enseignant-chercheur (ATER) à l’université de Grenoble. J’ai gardé en parallèle une foisonnante activité associative. L’envie d’avoir un impact sur la vie citoyenne a pris le pas sur le plaisir à enseigner, et je me suis reconvertie dans la l’accompagnement et la gestion de projets participatifs. Je me suis formée à la conduite de projet d’habitat participatif avec Stephan Singer et la société Toits de Choix, pionniers dans l’accompagnement de ce type de projet. Puis j’ai intégré Hab-Fab en 2016, une SCIC spécialisée dans l’accompagnement de projet d’habitat participatifs en Occitanie. La douceur de vivre, le climat et les initiatives culturelles et citoyennes de la ville m’ont rappelé à Nantes, et au printemps 2017, je rencontre SCOPIC et décide de rejoindre l’équipe.

 

Quel est ton rôle chez SCOPIC ?

Chez SCOPIC, je participe au développement d’innovations qui permettent d’approfondir la participation des habitants à la fabrique de la ville et au façonnement de leur territoire. Je travaille plus précisément à l’accompagnement de projets d’habitat participatif d’un côté, et au développement de projet de maîtrise d’usage de l’autre.
Sur l’habitat participatif, j’apporte du conseil stratégique pour la conception et la mise en œuvre de dispositifs d’accompagnement, j’anime les rencontres publiques et j’accompagne des groupes auxquels je transmets des connaissances et des outils afin qu’ils soient plus autonomes, tout en favorisant la rencontre, la participation et la convivialité. Un accent particulier est mis sur le côté humain, gage de réussite, tout en adoptant une méthodologie de projet cadrée et sécurisante. Je pilote aussi des démarches de maîtrise d’usage dans lesquelles nous nous intéressons à l’expertise des usagers dans la fabrique de la ville. J’apporte là aussi du conseil stratégique et une mise en œuvre opérationnelle de ces projets sur le long terme. Le conseil et l’accompagnement à l’habitat participatif et à la maîtrise d’usage rassemblent mes centres d’intérêts : la transmission de savoirs, l’innovation sociale, les pratiques collectives, les modes de gouvernance horizontaux, la participation active des personnes à leurs vies et à leur environnement, la concertation, l’humain, l’écoute, le plaisir d’échanger avec les autres, le plaisir d’accompagner des personnes dans la réalisation d’un projet de vie/d’habitat qui va durablement modifier leur quotidien.

 

Peux-tu nous en dire un peu plus sur l’habitat participatif ?

L’habitat participatif est une nouvelle forme d’habitat : les habitants sont acteurs de leur projet, qu’ils vont concevoir collectivement. C’est une troisième voie entre le logement individuel privé (maison) et le logement collectif (appartement) et il tire son statut officiel de la loi ALUR de 2014. Des projets peuvent se monter en milieu urbain, rural, semi-urbain, et prendre toutes les configurations possibles (maisons individuelles, immeuble, habitat léger, etc.).
Chaque projet est unique, et selon les envies des futurs habitants, il est possible de mutualiser par exemple une salle commune, des chambres d’amis, un jardin, un atelier de bricolage, une buanderie, une voiture, la garde d’enfants, etc.
L’habitat participatif s’articule autour d’un projet immobilier, mais c’est aussi une aventure humaine où des personnes qui ne se connaissaient pas forcément au départ vont devenir un collectif capable de prendre des décisions éclairées et raisonnables, et de vivre ensemble en bonne intelligence en partageant des lieux, du temps et des services choisis.

 

Quels sont les projets sur lesquels tu travailles en ce moment ?

En ce moment, SCOPIC pilote la maîtrise d’usage sur l’îlot i2 de l’île de Nantes porté par le groupement ADI-SAMO, accompagne Loire Océan Développement sur l’incubation d’un groupe pour un projet d’habitat participatif sur la ZAC de la Jaguère à Rezé, et accompagne Nantes Métropole Aménagement sur l’incubation de 3 projets d’habitat participatif à Erdre Porterie (Nantes Nord), Bottière-Chénaie (Nantes Est) et sur le Vallon des Garettes (Orvault).

 

Ces projets m’amènent à côtoyer des personnes formidables et à mettre en place concrètement des innovations sociales, écologiques et urbaines : j’adore !